mercredi 15 novembre 2017

L'Articerie, ou l'épicerie d'objet

Bonjour à tous!


Cette semaine, je vous propose de découvrir LA boutique qu'il vous faut pour faire des cadeaux uniques.
Infos pratiques :

A Migné-Auxances (à côté de Poitiers), Carine a installé son adorable boutique, pleine de couleurs, de fantaisies et de douce nostalgie et elle a beaucoup de belles choses à raconter...



Comment t'es venue l'idée de l'Articerie ?
Avant que je ne l’aboutisse, ce projet était dans ma tête depuis plus de 15 ans. J’avais très envie d’ouvrir une boutique de créateurs associée à une sélection d’articles "coup de cœur » , comme les boutiques où j’adorais aller (j’ai toujours été prête à parcourir des dizaines et des dizaines de kilomètres juste pour aller découvrir une boutique dont j’avais entendue parler). 
Mais souvent les boutiques que je découvrais étaient , ou des boutiques essentiellement de créateurs (souvent sous la forme associative), ou des boutiques composées d’articles de fournisseurs. Moi, je souhaitais un mixte des deux .
Après bien des réflexions, et après avoir privilégié la construction de ma vie de famille, la seule manière de monter ce projet pour moi, était de le créer dans mon propre lieu de vie (afin d’éviter des investissements financiers à risque). J’ai donc impliqué toute ma famille dans mon projet puisqu’il nous a fallu déménager, vendre la maison que nous avions déjà rénovée, pour chercher un autre lieu de vie plus grand et plus proche de Poitiers (nous habitions à l’époque dans un tout petit village de 300 habitants à 25 kms de Poitiers, alors il aurait été bien compliqué de déplacer du monde jusqu’à cet endroit !)

D'où te vient ce goût pour le vintage ?
D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours adoré chiner, détourner les objets, leur offrir une seconde vie. Et de façon maladive, je suis très attachée aux objets qui m’entourent, non pas dans une dimension matérielle (la plupart d’ailleurs n’ont aucune valeur matérielle), mais dans une dimension émotionnelle et affective. Alors j’entretiens cette "névrose" en conservant les objets, les déplaçant (d’une pièce à l’autre), les transformant, tout cela me donne un bon prétexte pour les conserver. Certains sont restés stockés des années dans une grange, ou un grenier avant d’être ressortis.
Pour aménager la boutique, je n’ai d’ailleurs quasiment rien eu à acheter: pour la grande majorité des meubles d’exposition, ce sont des meubles que j’avais déjà chinés il y a longtemps ou des meubles qui m’arrivent de ma famille.

Le secret de tout cela est bien sûr de pouvoir disposer de lieux de stockage et d’avoir des copains sympas qui acceptent de participer à vos déménagements :-) . 
Au niveau vintage, j’adore aussi tous les vieux jouets rétro, je me les fait parfois « piquer »par mes enfants, mais j’ai quand même réussi à en mettre en déco dans les WC de la boutique ! Je travaille d’ailleurs avec des fournisseurs qui rééditent des jouets façon rétro.
Enfin, mes créations du moment (quand il me reste un peu de temps) sont faites à partir de boites de conserve dans lesquelles sont glissées de petits jouets Kinder (récupérés) qui délivrent un message . Certainement que ça me permet aussi un peu de cultiver la part d’enfant qui est en moi.



Que proposes tu de si spécial dans ta boutique ?
J’ai conçu l’Articerie comme une « épicerie d’objets » . A la manière des épiceries d’autrefois (mes grands-parents tenaient une épicerie dans un petit village en Vendée), je voulais que ce soit un lieu de vie à part entière et pas seulement un commerce. C’est pourquoi j’y ai associé un espace salon de thé que j’ai voulu cosy et vintage, et la proposition d' ateliers de création. Ces ateliers sont animés par des professionnels. Ils se font en tout petit groupe (maximum de 6 personnes) pour faciliter les échanges et la transmission d’un savoir faire. 

Les épiceries d’autrefois étaient des vrais lieux de vie, d’échange et de lien social, et c’est comme cela que j’ai voulu penser l’Articerie. Enfin, l’idée de l’épicerie m’est venue d’autant plus naturellement, que la boutique , malgré une entrée bien distincte, est au sein de notre maison d’habitation (ce qui était aussi le cas des épiceries autrefois. Celle des mes grands parents par ex était entre leur chambre et leur cuisine !). Ceci a des avantages pour ma vie de famille car je suis plus présente auprès des miens , et des inconvénients aussi bien sûr . Je me bats par ex régulièrement pour que mes enfants ne débarquent pas pieds nus dans l’espace de vente car ils s’y sentent « comme à la maison »; toutefois, en général cela ne pose pas vraiment problème et fait plutôt sourire les clients .
Enfin, régulièrement, pour faire vivre ce lieu, j’y organise des événements : séances de dédicace, fête des 6 mois, bientôt des 1 an (note : le 17 novembre), et j’ai plein d’autres projets en tête (ventes privées, séances autour de contes, privatisation de la boutique, etc).

Comment choisis tu tes produits ?
Les créateurs que je choisis sont pour la plupart des créateurs que je connaissais déjà (j’ai fait partie de certains réseaux de créateurs autour de Poitiers), sinon ce sont des créateurs que j’ai rencontrés lors de salons ou de marchés dédiés à la création, et parfois il s’agit aussi de créateurs qui me contactent et viennent me présenter leurs produits, comme tu as pu le faire Apolline et j’en suis ravie ! Idem pour les animateurs d’ateliers.
Quant à mes fournisseurs, ce sont des marques que je suis déjà depuis longtemps, ou bien que je découvre dans d’autres boutiques , ou bien que je découvre sur internet . Je suis toujours à l’affut de nouvelles idées et de nouveaux produits.
Je crée aussi un peu pour ma part depuis des années des objets de déco autour d’éléments et de matériaux de récupération. Je pensais avoir du temps pour poursuivre cette activité mais depuis que je tiens l'Articerie , à regret je n’arrive plus à consacrer beaucoup de temps à cette activité. Le travail souterrain de comptabilité, d’administration, de communication, de liens avec tous les partenaires et la clientèle est si important , qu’il ne me reste plus beaucoup de temps pour autre chose. D’autant que j’ai gardé aussi par sécurité un emploi à temps partiel à l’extérieur.
Heureusement, j’ai pu nouer une « collaboration » avec Séverine, créatrice de la marque « Shishmu » pour qu’elle me relaie à la boutique tous les mardis et un samedi par mois, ce qui me permet de travailler à l’extérieur le mardi et d’avoir un week-end entier une fois par mois .




Pour vous y rendre : 45 rue de Saumur 86440 Migné-Auxances
Facebook
Instagram

mercredi 8 novembre 2017

Aux grandes z'oreilles, les savons qui ne vous font pas tourner en bourrique.

Hop ! 
Avec les fêtes de fin d'année qui arrivent, chacun se pose la fameuse question : "Qu'est ce que j'offre à Machin ?". C'est l'occasion pour moi de vous faire découvrir des créateurs, producteurs, artisans, boutiques... que j'aime.
Je commence avec une petite interview d'Alice qui fabrique avec Nicolas les savons "Aux grandes oreilles" fabriqués avec du lait d’ânesse. Pour avoir ce lait, ils ont une asinerie à Pindray dans la Vienne. Hop ! C'est parti !

Comment cette aventure a t'elle commencé ?
Je suis tombée amoureuse des ânes lors d'un job d'été à l'association "à petits pas" (dans le pas de Calais). Des années et quelques formations plus tard, nous (Nicolas et moi) avions au départ le projet de monter ou reprendre une chèvrerie avec transformation fromagère à laquelle on aurait ajouter l'atelier lait d'ânesse. Cela s'annonçait vraiment difficile surtout au niveau financier car les investissements à faire étaient énormes. On a donc réfléchi à notre projet et avons décidé de le prendre à l'envers. Nous avons commencé par les ânes, ce qui nous a fait prendre moins de risques.

Quel sont tes critères dans le choix des matières premières ?
Nous avons fait le choix de produire des produits de qualité, nous n'avions donc pas d'autre choix que de sélectionner des matières premières au top. Au niveau éthique, la majeure partie d'entres elles sont bio (toutes les huiles végétales, la majorité des huiles végétales ainsi les plantes), et dès que nous avons pu nous le permettre nous les avons choisies françaises voir locales (-200km) et achetées directement à des producteurs. Et au niveau de la fabrication en elle-même, chaque matière première a son rôle à jouer et donc a été sélectionnée avec un certain grade de qualité, exemple : charbon actif de grade pharmaceutique, huile d'amande douce pharmacopée, argile séchée au soleil (et non au gaz), huiles végétales non raffinées... Ce sont des sélections qui ont demander beaucoup de travail de recherche et qui représentent un certain coût au niveau de la production du produit mais au moins nous sommes très fiers de ce que nous proposons.

Qu'est ce que le lait d'ânesse apporte en plus à tes produits ?
Le lait d'ânesse apporte un vrai plus douceur et hydratation. Ayant moi-même une peau très sèche (voir qui s'écaille ou permet de faire de la neige par tout temps...) seuls de bons savons avec du lait d'ânesse (car il en existe malheureusement aussi de mauvais) permettent de m'apporter suffisamment de nutrition.
En plus de cela, sa vitamine E aide la peau à garder son élasticité et sa tonicité, et ses minéraux vont aider la peau à lutter contre des petites agressions du quotidien : froid, vent....




Peux tu nous en dire plus sur les ânes ? D'où viennent-ils ? Qui sont-ils ?
Nos premiers ânes sont arrivés du refuge ADADA en 2014, ce sont Rosalie, Vadore et Valentin. Mais comme leur passé a été plus moins difficiles, ils sont chez nous en retraite, ce sont nos bouilles à bisous. Quiquinne, Souris, Framboise & Frimousse nous ont rejoint en février 2016. Auparavant aux ânes d'Oléron, Quiquinne et Souris étaient habituées au public et aux balades mais ne connaissaient pas encore la traite. Elles ont vite pris le rythme. Julianna a été achetée à un marchand au printemps 2016, censée être gestante de 10 mois... elle n'était qu'enrobée. Mais elle s'est très vite intégrée à la famille et il était inconcevable pour nous de l'échanger comme le vendeur nous l'a proposé. Elle est donc à la maison depuis et devrait mettre bas l'été prochain. Et enfin les dernières arrivées : Diva & Guimauve, achetées à des particuliers qui ont été dépassés par des naissances et des gestations non contrôlées. Diva ne connaissait pas vraiment l'humain et il lui a fallu plus de 6 mois pour se laisser câliner sans appréhension. Aujourd'hui elle en raffole et n'hésite pas à venir chercher des grattouilles. Et Guimauve aurait normalement été la première des jeunes que nous aurions du chercher à replacer une fois sevrée. Malheureusement, elle a un problème de dos et nous préférons être sûrs qu'elle reçoive les soins dont elle a besoin donc tant qu'elle n'est pas complètement rétablie elle restera à la maison. Et enfin, les deux petits nés à la maison cette année : Hélios & Hercule qui sont en ce moment bien contents de suivre leurs mamans partout et qui ont Julianna comme nounou le temps des séparations les jours de traite.

T'es savons sont très jolis, comment cela se fait-il ?
Merci beaucoup. Ce sont des jeux de marbrures comme on peut le faire pour des gâteaux. La seule différence est que les colorations sont issus d'ingrédients qui ont leur rôle à part entière dans le savon : argile, poudre d'ortie, pétales, graines, charbon. Ça fait partie de la magie du savon en saponification à froid !





J'espère que ce premier article vous aura intéressé autant que moi. Je vous invite à en apprendre encore d'avantage sur leur site : auxgrandeszoreilles.fr et, je dis ça, je ne dis rien, mais il y a des coffrets cadeaux...
Pourquoi est-ce une idée de cadeau top ? Parce que c'est utile, joli, éthique, respectueux des animaux (humain compris) et de l’environnement, c'est pratique, local et ça sent bon.

samedi 4 novembre 2017

Holala ! Des ateliers comme cadeau de Noël !

Hohoho ! 
Je ne sais pas vous, mais moi, je prépare à fond Noël ! Et pour cette occasion, l'Apollinarium propose une édition très limitée d'ateliers à offrir. Très limité, parce qu'il n'y en a que cinq de chaque et sont disponibles à la vente jusqu'au 24 décembre 2017 à un tarif très avantageux.
Un atelier peut accueillir jusqu'à 6 personnes, c'est donc LE cadeau commun idéale pour toute une famille ! 
ATTENTION ! Cette offre est réservée pour un atelier aux alentours de Poitiers 86 (jusqu'à 20 km).
ATTENTION ATTENTION ! Les ateliers "origami floral" et "bracelet en papier" ne sont pas adaptés à un jeune public (à partir de 12 ans)

Comment ça marche ? 
Après acquisition, vous recevrez sous forme digitale le bon personnalisé. Il vous suffira de l'imprimer et de le glisser sous le sapin. Les destinataires pourront ensuite choisir parmi les quatre ateliers proposés et fixer une date avec l'Apollinarium. Ensuite, je viens au domicile et tout se passe bien.

Pourquoi proposer cette offre ? 
Et bien, parce que c'est Noël et qu'à Noël, on galère toujours pour trouver un cadeau idéale pour une fratrie. Cela change des jeux de société et c'est moins cher que des entrées pour un parc d'attraction.

Comment obtenir ces bons ?
ils sont disponibles sur apollinarium.fr et (si il en reste) dans certains des marchés où l'Apollinarium exposera. Vous pouvez aussi me contacter directement.

Pourquoi offrir une ou deux heures d'atelier est le meilleur des cadeaux ? 
Tout simplement parce qu'à l'heure du tout connecté, quand on veut faire quelque chose de ses mains, on va sur YouTube et on regarde des tutos, tout seul dans son coin. Là, ce que je vous propose, c'est un moment tous ensemble pour fabriquer quelque chose d'unique, dans la joie et la chaleur de sa maison. Parce que c'est aussi ça, l'esprit de Noël !